La fonction cognitive du sentiment dans la théorie de la connaissance chez Pascal

Les Pensées de Pascal constituent l’une des toutes premières œuvres à faire du sentiment un objet philosophique, et ce à double titre, conformément à l’ambiguïté conceptuelle de cette notion dans son élaboration moderne : dans son rapport avec le cœur, le sentiment pascalien relève à la fois du domaine de l’affectivité, mais aussi de celui du savoir. Dans ce dernier cas, il permet à l’homme d’appréhender les idées primitives ou les premiers principes, comme le temps, la dimension ou le nombre, et ainsi de progresser dans sa quête de la connaissance grâce à la démonstration rationnelle. Mais l’ambivalence du sentiment cognitif ramène surtout l’homme à la conscience de sa véritable nature, partagée entre grandeur et misère : quel est dès lors le statut du sentiment dans le champ de la connaissance chez Pascal ?

 Margaux Dubar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.