Exemple d’un sentiment social : la pudeur

Résumé de séance

         Deux études de cas ont été traitées, l’une par Marine Caracanague traitant de la question de l’honneur, puis j’ai évoqué celle de la pudeur. Au fil de ces exposés nous avons d’abord montré que le sentiment permet d’établir un lien entre l’individu et la société. Le terme de sentiment, dans ses premières acceptions, renvoie une conscience sensible du monde. Le sentiment est en ce sens une médiation entre l’individu et une extériorité. Pour Scheler la pudeur se place à la charnière de l’esprit et des sens, elle « freine momentanément l’instinct dans l’attente ». Elle met en évidence la dualité humaine en ce qu’elle est un « retour sur soi de l’individu menacé par le général le (public), de l’esprit contre la vulgarité du corps. » Il s’agit donc bien d’un lien supposant à la fois une mise à distance et une reconnaissance. La réaction de pudeur révèle une double dualité : c’est l’esprit qui se voit corps et qui s’en détache, mais c’est aussi l’individu qui ressent son individualité face à la société qui le menace. C’est donc une conscience de l’altérité qui éveille le sentiment de pudeur. À cet égard, on ne peut lui confondre la honte. La pudeur est une réaction, mais se place du côté de l’anticipation. La honte, brutal accablement, ne laisse plus de liberté d’agir, elle est une conséquence de l’acte, la conduite, la parole… À l’inverse, la pudeur est une disposition anticipatrice, elle précède l’action. La pudeur suppose la honte à venir, et en ce sens elle permet d’en faire l’économie. C’est là le sens de la formule de Spinoza « si le mal dont on a peur est la Honte alors la Peur s’appelle la Pudeur ». Il faut qu’il y ait blessure, injure, agression extérieure pour que paraisse la pudeur. En ce sens n’est pas d’action, mais que des réactions pudiques. La pudeur est disposition éveillée par une conscience de l’altérité, effective ou supposée.

Mais cette norme peut être intériorisée, comme il n’est rien de plus difficile que de mesurer une intériorisation des normes par les acteurs, pour les commodités de cette présentation, nous avons postulé dans un premier temps que l’opinion commune et les discours théoriques et moraux façonnent les représentations. Ainsi la pudeur semble-t-elle constituer l’essence même de la fémininté à l’époque classique, « Il n’y a rien de plus naturel à la femme que la pudeur » dit Pierre Le Moyne1. La réflexion sur la relativité de la pudeur engendrée par les études d’autres civilisations, amène les penseurs à considérer que le voile matériel de pudeur qu’est le vêtement, est imparfait. L’imperfection du voile matériel, renforce alors la croyance dans le voile de pudeur, que le Moyen Age réservait à de rare sainte, et qui est désormais, l’apanage de toutes les femmes. Il existe alors une nudité pudique, réservée cependant aux femmes. Les témoignages masculins révèlent combien la pudeur est pour les femmes la condition première de la séduction.

Toutefois, à une normes répondent des pratiques. Entre pudeur naturelle et pudeur conventionnelle, les philosophes de la seconde moitié du XVIIIe ont trouvé comme moyen terme une pudeur rationnelle en partie naturelle (comme la raison), en partie conventionnelle (puisqu’inculquée aux enfants). Cette semi-artificialité du sentiment en permet une utilisation et réappropriation par les acteurs. La pudeur peut être utilisée par les femmes comme jeu de séduction,

Les jeunes filles ne s’en privent pas, plus on leur reconnaît de grâce à la rougeur subite, plus elles en mettent à s’offusquer de phrases, de mots, de syllabes, de lettres contraires à leur pudeur. De plus, a pudeur marque le pouvoir de l’homme sur la femme et le premier d’entre eux est de tout lui apprendre. Celle qui ne veut pas se laisser dominer devra commencer par maitriser les marques de sa pudeur : et avant tout ne pas rougir devant un amant, car on ne manquera pas, alors de publier bientôt qu’il est maitre de son cœur. Cette fausse pudeur, aux yeux de ceux qui s’en rendent comptent d’ailleurs, dénature la femme.

C’est donc le jeu complexe entre norme, intériorisation ou rejet de la norme que nous a permis de saisi l’étude de ces deux sentiments, honneur et pudeur au XVIIIe.

1 Pierre Le Moyne, Les femmes, la modestie et la bienséance chrétienne. 1656

Claire-Lise Gaillard


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.