L’honneur, un exemple de sentiment social

En tant que sentiment social, l’honneur est fortement enraciné dans la société d’une époque. Il est de fait le reflet de ses attentes, de ses exigences, de ses valeurs communes. L’honneur façonne ainsi les relations sociales, tant positivement – c’est une valeur largement partagée au sein de la société; que négativement, puisque ce sentiment créé de nombreux conflits qui parcourent l’espace social. Ce point est évident si l’on suit les analyses de Georg Simmel dans Le Conflit, qui nous invite à prendre en compte la dimension de socialisation du conflit en l’appréhendant comme un dialogue, c’est-à-dire comme une forme d’échange qui structure la vie sociale et lui donne une unité.

L’honneur est donc un sentiment social commun à des groupes d’individus au XVIIIe siècle. Les identités d’honneurs sont multiples, de l’identité d’ordre (l’honneur d’être noble) à l’identité de profession (l’honneur d’être militaire, l’honneur d’être artisan…) sans oublier l’identité de genre (l’honneur féminin n’est pas identique à l’honneur masculin). Ainsi se cristallisent dans le sentiment d’honneur des attentes sociales différenciées pour chaque individu.

L’honneur réside donc dans la production d’une image de soi destinée aux autres. Ce « don de soi » est à comprendre à la croisée des attentes sociales et de la personnalité de chacun. C’est pour cela que l’honneur est à la fois sentiment personnel et fait social. Ce point est théorisé par Julian Pitt-Rivers dans L’Anthropologie de l’honneur . Il souligne d’emblée l’ambivalence du concept d’honneur, pris dans une tension entre individu et société « l’honneur est la valeur qu’une personne possède à ses yeux mais c’est aussi ce qu’elle vaut au regard de ceux qui constituent sa société ». Cette tension fait l’aspect dynamique de la valeur de l’honneur : face à l’attente de ce sentiment social, l’individu y répond avec sa personnalité, ses socialisations, ce qui entraîne forcément des divergences entre la norme attendue par la société et les pratiques. De multiples ajustements individuels sont donc possibles, ce qui explique l’extrême diversité des codes d’honneur dans la société du XVIIIe.

Les expressions associées à l’honneur au XVIIIe siècle montre bien que ce sentiment est à la fois l’expression d’impératifs sociaux (l’honneur d’estre de bonne famille, l’honneur de mon estat, l’honneur d’être né noble…) et l’expression d’une valeur individuelle, d’une réussite personnelle à une action individuelle (l’honneur d’agir poliment, l’honneur de servir le roi, donner sa parle d’honneur…). Lors des conflits d’honneurs, les réponses des individus doivent donc être comprises à la croisée des « dispositions » et du « contexte » pour suivre le vocabulaire de Bernard Lahire développé dans son ouvrage L’Homme pluriel. Les dispositions sont les données socialement constituées, qui témoignent des impératifs sociaux, tandis que le « contexte » correspond au présent de l’action, à la manière dont l’individu répond personnellement et de manière inédite et exclusive à un conflit.

L’honneur, en tant que sentiment social, tisse donc un lien aussi ambigu que problématique entre l’individu et la société au XVIIIe siècle, en étant à la fois le miroir des attentes collectives d’une société mais aussi le marqueur de l’individualité et de la personnalité de ses membres.

Marine Carcanague, M2 d’histoire moderne, ENS de Lyon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.