Le sentiment, de la sensation à l’intentionnalité.

Je vous propose dans cette première approche de la notion de sentiment dans le cadre du laboratoire, d’adopter un point de vue d’histoire de la philosophie sur cette question. Un des objectifs du laboratoire, dans le sillage de la méthode du CERPHI, est de considérer les problèmes in concreto, en contexte : Claire Lise et Marine permettront, avec leur approche historique de considérer le contexte politique et économique. J’aimerais pour ma part considérer le contexte philosophique et « sémantique » pourrait-on dire : les conditions d’apparition de la notion de sentiment dans le sens précis que nous nous sommes proposés d’étudier.

J’aimerais tout d’abord montrer qu’il y a une vraie pertinence historique de notre objet, et ce à travers une étude lexicographique ; et ensuite dégager les grandes conceptions philosophiques qui ont pu déterminer les changements sémantiques que nous observerons.

  • Constats lexicographiques.
  • Le passage d’un sentiment tourné vers soi-même à un sentiment tourné vers autrui : « de la sensation à l’intentionnalité ».

Cet exposé historique aura les défauts de ses avantages : il doit nous offrir une vision d’ensemble, mais qui va rester très superficielle. Nous avons ensuite deux ans pour en détailler les ramifications.

 

  • Constats lexicographiques.

Les dictionnaires qui encadrent le XVIIIe siècle parlent d’eux-mêmes. Contentons nous dans un premier temps de rapporter les définitions sur le terme de « sentiment ».

Trois dictionnaires : la première édition du Furetière en 1690, l’édition revue et augmentée de 1725 et la sixième édition du dictionnaire de Trévoux en 1771.

 

SENTIMENT

  • 1690 :

1/C’est la première propriété de l’animal d’avoir des organes propres à recevoir les différentes impressions des objets. Le sentiment de la vue se fait dans l’œil, celui de l’ouïe à l’oreille. Un mort est privé de vie et de sentiment. Un ladre, un membre engourdi n’ont point de sentiment, ils sont privés de sentiment.

2/ Sentiment en termes de chasse se dit particulièrement des chiens et on dit qu’ils n’ont point de sentiment, lorsqu’ils sont en défaut, qu’ils ne peuvent plus suivre la piste du gibier.

3/Sentiment se dit figurément en choses spirituelles, de diverses vues dont l’âme considère les choses, qui lui en font concevoir de différentes idées ou opinions. Il faut être toujours dans les bons sentiments, suivre l’opinion des gens sages. Je suis de votre sentiment, j’entre dans votre sentiment, c’est-à-dire je suis de votre avis. C’est là le sentiment de l’Eglise, des Saints-Pères. On lui a tiré les vers du nez pour découvrir son sentiment. Les sentiments de l’Académie sur le Cid, c’est-à-dire le jugement. Chacun a son sentiment particulier : autant de sentiments.

3/ Sentiment se dit aussi en Morale, des passions. Il a de tendres sentiments pour cette Demoiselle, pour dire il l’aime : il n’a que des sentiments d’estime, de vertu, d’honnêteté pour elle.

4/On appelle proverbialement et ironiquement, un pousseur de beaux sentiments, celui qui affecte de dire de belles choses, comme les Héros des Romains qui ne veulent parler que par sentences.

 

Résumé : 

1/Sentiment = sensibilité au sens physique. D’où « flair » pour les chiens de chasse.

2/ Sentiment = avis, opinion, jugement.

3/ Sentiment = passions. Plaisir ou douleur provoquée par un être humain et non par un objet. Les exemples convoqués sont connotés positivement. Les sentiments seraient des passions positives.

4/ sentiment = « belles choses », belles pensées.

 

  • 1725 :

Donne aussi la définition de sentiment comme sensation. (Et repris en termes de chasse)

Puis distingue entre

  • l’usage au singulier : avis, opinion, pensée, jugement.
  • Et l’usage au pluriel : signifie alors affections, passions et tous mouvements de l’âme. (Ex : Il a de tendres sentiments pour cette demoiselle, pour dire, de l’amour. Etc. Le premier sentiment que j’ai eu dans le monde a été celui qui m’a touché pour vous.)

Puis deux nouveaux encarts sont ajoutés, qui nous intéressent :

1/ Sentiment, sensibilité ; mouvement de l’âme qui la touche, qui l’émeut. Le souvenir d’un bonheur passé rend plus vif le sentiment d’une disgrâce présente. Avoir des sentiments de pitié. Rien ne plait que ce qu’on sent, et l’on n’est content qu’à proportion de ce que le sentiment est plus vif et plus profond. Le sentiment est plus subtil, et plus pénétrant que l’esprit. Le sentiment fait peu de réflexion, et s’il en fait, elles sont peu distinctes.

2/ Sentiment, signifie encore une impression interne que font les choses sur nous, un goût, une persuasion que nous sentons intérieurement, sans que l’on en puisse rendre une raison distincte aux autres, ni les en convaincre. Il y a de certains sentiments sourds qu’il est plus aisé d’expérimenter, que d’expliquer (Le P.L.) Les choses que nous ne connaissons que par sentiment plutôt que par raison, sont toujours un peu douteuses. Le CH. De M. Les vérités de sentiment sont celles où l’esprit découvre tout d’un coup, et par la première impression, les mêmes marques de vérité que celles qu’on développe peu à peu par des réflexions expresses. NIC. On peut connaître la vérité des choses aussi sûrement par sentiment, que par réflexion. Id. L’immortalité de l’âme est une vérité de sentiment. JU. La foi des simples est une persuasion de goût, et de sentiment : un examen d’attention, et non de discussion. Etc.

 

Enfin, on trouve toujours le sens de « beaux sentiments », au sens de jolies choses dites dans les discours.

 

Résumé :

On garde les sens de sensation, d’avis et de passions, et de belles sentences.

On découvre deux nouveaux sens, assez proches l’un de l’autre :

1/Mouvement de l’âme qui la touche : perception qui comporte ici l’idée de vivacité, de profondeur, de pénétration, de confusion.

2/Impression interne, persuasion intérieure : comporte l’idée de « jugement » (persuasion dont il faudrait convaincre les autres), de confusion, d’épreuve ou d’expérience. Apparaissent les syntagmes « vérité de sentiment », « connaître par sentiment ».

 

  • 1771 :

1/ faculté de sentir

2/ action des esprits animaux

3/ sentiment des chiens de chasse.

4/ Sentiment intime, en métaphysique. On appelle ainsi la connaissance que nous avons de tout ce que nous éprouvons en nous-mêmes. On connaît par le sentiment intime ou intérieur toutes les choses qui ne sont point distinguées de soi. C’est ainsi que nous connaissons notre âme, les pensées, le plaisir, la douleur ; en un mot tout ce qui se passe au-dedans de nous. Ce mot désigne quelquefois une persuasion que nous sentons intérieurement, sans qu’on en puisse rendre raison aux autres ni les en convaincre.

Puis le dictionnaire reprend mêmes exemples que pour le sens de persuasion intérieure ci-dessus :

Les vérités de sentiment sont celles où l’esprit découvre tout d’un coup, et par la première impression, les mêmes marques de vérité que celles qu’on développe peu à peu par des réflexions expresses. NIC. On peut connaître la vérité des choses aussi sûrement par sentiment que par réflexion. ID. L’immortalité de l’âme est une vérité de sentiment.  JU. La foi des simples est une persuasion de goût et de sentiment, un examen d’attention et non de discussion. ID. La voie de sentiment et d’impression est confuse, et peut conduire également à l’erreur et à la vérité, sans qu’il y ait aucun moyen de discerner quand elle nous trompe, ou ne nous trompe pas. NIC.

Il reprend aussi les sens suivants :

5/ Avis, opinion.

6/ Passions. (Affections, amour, tendresse ; même exemple des sentiments pour la jeune fille).

MAIS y ajoute une nouvelle précision : « Sentiment se dit, presque dans le même sens, des dispositions où l’on est à l’égard des autres, de ce que l’on ressent pour eux. Affectio, propensio. Avoir des sentiments de tendresse pour sa famille, des sentiments de pitié pour les misérables, des sentiments de respect, de vénération pour les choses sacrées, des sentiments de piété et d’amour pour Dieu ».

7/ « Sentiments naturels : on appelle ainsi certains mouvements qui nous sont inspirés par la nature. Telle est la tendresse des pères envers leurs enfants, et celles des enfants pour leur père. »

8/ Les sentiments mobilisés dans l’éloquence, les sentences etc.

 

Résumé :

1/ On conserve les mêmes sens de sensation, avis, passions, beaux sentiments.

2/ On conserve l’idée de persuasion intérieure, mais celle-ci devient une espèce d’un nouveau sens : « sentiment intime » ou sentiment intérieur. Il nous fait connaître les objets qui ne sont pas distingués de nous » (contrairement aux « vérités de sentiment »).

Il faut noter que le « sentiment intérieur » était déjà mentionné dans la nouvelle édition du Furetière revue et augmentée, pas pour définir le sentiment mais pour définir « la conscience » qu’on a d’une chose. Donc ce sens était déjà connu en 1725.

3/ On précise aussi le sens de passions en indiquant que les sentiments sont précisément les affections qui sont éprouvées à l’égard d’autrui. Cela suggère que l’idée d’intentionnalité caractérise les sentiments moraux. Les exemples mentionnés renvoient encore à des sentiments doux.

4/ Et avec « sentiments naturels »  on assiste à une valorisation axiologique des sentiments. Le sentiment semble bon par définition.

 

Enfin sur le terme CONSCIENCE, on notera donc une petite évolution entre 1690 et 1725 :

  • En 1690, la conscience est seulement définie comme témoignage ou jugement secret de l’âme raisonnable : elle est ce que nous dicte la lumière naturelle, la raison.
  • En 1725, s’ajoute à ce premier sens classique au 17ème « le sentiment intérieur  qu’on a d’une chose dont on ne peut former d’idée claire ». Trévoux n’ajoute rien.

 

Deux grandes évolutions se dégagent :

  • L’acquisition par le sentiment d’une fonction cognitive. Le sentiment fait connaître des objets d’un genre précis (l’immortalité de l’âme, ses pensées, les vérités de sentiment, la foi), qui en fait ne sont pas connus par la sensation ni par la raison. Cette évolution apparaît entre 1690 et 1725.
  • L’acquisition ou l’explicitation d’une fonction proprement morale : les sentiments sont celles des affections qui ne consistent pas à éprouver un plaisir pour soi, mais pour les autres (pitié, compassion, etc.). Ils apparaissent comme celles des passions qui sont bonnes car maîtrisées et altruistes. Cette évolution apparaît entre 1725 et 1771.

 

Ces évolutions sémantiques doivent se faire l’écho des grandes conceptions philosophiques de l’époque, suffisamment connues et relayées pour être intégrées dans le langage scientifique. Il faut toutefois garder à l’esprit que cette « vulgarisation » doit prendre un certain temps. Ainsi il sera difficile d’assigner une origine philosophique précise à ces transformations. Ce sont plus les tendances philosophiques générales qui nous serviront de repères.

A noter aussi : il est étonnant que le sens de sentiment comme persuasion intérieure d’une vérité n’apparaisse qu’en 1725 alors que les Pensées de Pascal sont publiées dès 1669 et les Essais de Morale de Nicole entre 1671 et 1678 pour les quatre premiers volumes. (En outre, si Nicole et Malebranche sont mentionnés dans les exemples des définitions, Pascal ne l’est pas du tout). Il faut prendre en compte le temps que prennent les conceptions pour se répercuter dans l’évolution lexicale.

 

  • Le passage d’un sentiment tourné vers soi-même à un sentiment tourné vers autrui : « de la sensation à l’intentionnalité ».

 

Pourquoi le sentiment apparaît il d’abord dans le sens de « sensation » puis est-il désigné peu à peu d’une part par le terme « d’impression », de « persuasion », et d’autre part par celui de « disposition à l’égard de » ? Quels sont les soubassements philosophiques qui déterminent ces évolutions ? Nous commencerons notre étude au XVIIe siècle sans prendre en compte l’Antiquité et le Moyen-âge. Les réflexions qui suivent ne sont pour l’instant que des pistes d’interprétation.

Tout d’abord, le XVIIIe siècle reçoit le sens de sentiment tel qu’il a été (non)-défini par Descartes : le sentiment chez lui n’est autre que la sensation ou la perception des sens. En montrant que nos sensations ne ressemblent en rien aux objets qui les provoquent, Descartes va rompre avec la thèse scolastique de la sensation, et rendre compréhensible à nos yeux l’assimilation, notable au XVIIe, entre la sensation et le sentiment ; on note que Descartes ne parle pas de sensation, mais de « sentiment ou perception des sens ». Sensation et sentiment renvoient au même terme latin, sensus.

Les mouvements qui passent ainsi, par l’entremise des nerfs, jusques à l’endroit du cerveau auquel notre âme est étroitement jointe et unie lui font avoir diverses pensées, à raison des diversités qui sont en eux ; et enfin, que ce sont ces diverses pensées de notre âme, qui viennent immédiatement des mouvements qui sont excités par l’entremise des nerfs dans le cerveau, que nous appelons proprement nos sentiments, ou bien les perceptions de nos sens.

 

D’après son explication mécaniste de la sensation ou du sentiment, mise au point dans les Essais et notamment la Dioptrique, une certaine configuration de mouvements de la matière donne lieu à certains mouvements des esprits animaux qui donnent lieu dans le cerveau au sentiment du rouge etc. C’est pourquoi selon Descartes, les sentiments ont leur siège dans l’âme et non dans le corps et le sentir est désigné comme un mode de pensée : c’est bien l’âme qui sent et non le corps. Les sentiments ou sensations résultent de l’union de l’âme et du corps ; ils sont donc des états tout aussi subjectifs que les passions telles que l’amour, la joie, la tristesse etc.

La conséquence de ce caractère psychique des sentiments/ sensations est que toutes ces perceptions sensibles ne nous font rien connaître si ce n’est la disposition intérieure de notre corps (la douleur signale une inconvenance, le plaisir une convenance entre les corps extérieurs et mon propre corps) ; leur fonction est de nous orienter parmi les corps qui nous entourent en nous procurant plaisir et douleur. Ils ne nous renseignent que sur ce qui est utile ou nuisible au composé.

 

Dans notre travail lexicographique, nous avons noté deux évolutions générales du sens de sentiment. Il semble que la première (sur la dimension cognitive) soit due à l’influence de Port-Royal (Pascal et Nicole), et au sein du cartésianisme lui-même, à Malebranche. Nous passerons Pascal sous silence car les dictionnaires renvoient explicitement à Malebranche. Sa pensée est beaucoup plus systématisée que celle de Pascal, et sa notoriété à la fin du XVIIe est extrême.

La seconde (sur l’évolution morale) va être initiée par l’école écossaise du sens moral, qui connaît un écho important en France avec la traduction en 1745 de l’Enquête sur la vertu et le mérite de Shaftesbury par Diderot, et la traduction de la Recherche sur l’origine de nos idées de la bonté et de la vertu par Condillac, entre autres, en 1750. Elle sera poursuivie, entre autres, par Hume et Rousseau.

 

  • Malebranche et le sentiment comme persuasion intérieure.

Le sentiment apparaît sous différentes formes chez Malebranche. J’en retiendrai trois, extraites de la Recherche de la vérité (1674-1712), des Conversations Chrétiennes (1677-1702) ou du Traité de Morale (1684-1707):

  • Tout d’abord, l’Oratorien garde le sens hérité de son maître, Descartes. Les sentiments sont les sensations ou des perceptions qui arrivent à l’occasion des corps extérieurs (objets ou personnes) : « Ces sortes de perceptions s’appellent sentiments ou sensations ».  Le sentiment en ce sens est aussi appelé instinct et représente une voie courte et sure pour que l’esprit aime des choses qui ne méritent pas son application.

 

  • Le sentiment intérieur ou « conscience » (ou pensée). C’est la connaissance immédiate de la pensée par elle-même: « on ne connaît point l’âme, ni ses modifications, par des idées, prenant le mot d’idée dans son véritable sens, tel que je le détermine et que je l’explique dans le troisième Livre, mais seulement par sentiment intérieur ». « Et cette comparaison ne peut faire de peine, que parce que l’on n’a pas une idée claire de la pensée, comme l’on en a de l’étendue ; car on ne connaît la pensée que par sentiment intérieur ou par conscience, ainsi que je l’expliquerai plus bas ».

 

La conception de Malebranche reprend l’idée de vivacité et de confusion : c’est une connaissance qui s’oppose à la connaissance par idées. Il y a des choses que l’on voit sans idées : celles qui ne sont pas distinguées de nous. On voit que la dimension cognitive du sentiment est encore très limitée (comme chez Descartes avec l’évidence des vécus de conscience), dans la mesure où elle ne porte que sur cet objet qu’est mon esprit et ne se fait pas par idées claires. Ce sentiment intérieur ne fait que constater nos états intérieurs sans pouvoir en donner une définition (contre les partisans de la relation transparente de soi à soi).

 

  • Le sentiment de l’ordre. C’est un sentiment au statut complexe : il semble être une espèce du sentiment intérieur et en même temps il nous faire connaître autre chose que nous-mêmes, l’ordre.

C’est le sentiment qui apprend à l’homme s’il suit ou s’éloigne de l’ordre établi par Dieu ; il représente une alternative à la lumière et aux idées pour connaître cet ordre. En effet, dans le premier livre du Traité de Morale, au §19 du chapitre V, Malebranche explique que :

La connaissance de l’ordre qui est notre loi est mêlée d’idées claires et de sentiments intérieurs. Tout homme sait qu’il vaut mieux être juste que riche, que souverain, que conquérant. Mais tout homme ne le voit pas par idée claire. Les enfants et les ignorants savent bien quand ils font mal. Mais c’est le reproche secret de la Raison qui les reprend : ce n’est pas toujours que la lumière les éclaire.

Il est question d’un « reproche secret de la Raison » dont il est troublant qu’il soit rapproché du sentiment. D’un côté, ce reproche doit appartenir à la catégorie des sentiments et non des idées, puisqu’il est explicitement opposé à la connaissance lumineuse qui se fait par idées et qu’il parle aux ignorants. De l’autre, le Xe Eclaircissement parle du reproche secret de la raison comme d’une parole d’essence divine et rationnelle, qui la distingue de l’autre manière dont Dieu nous touche qu’est la grâce de sentiment ou délectation prévenante. Il est donc assez étonnant que le sentiment de l’ordre soit rapproché ici du reproche secret de la raison.

 

Si l’on considère qu’on a véritablement affaire à un sentiment de l’ordre, et non à une vérité rationnelle, on se trouve face à une autre série de problèmes :

1/Ce sentiment consiste-t-il seulement à ressentir un remords, qui nous indique que nous nous éloignons de l’ordre, ou une joie, qui nous indique que nous le suivons ?

Dans ce sens, on peut mobiliser :

  • les passages où Malebranche dit que « les impressions secrètes des passions sont de même nature que ce sentiment intérieur » et donc qu’il est réductible à des modifications du plaisir et de la douleur.
  • La définition générale du sentiment chez Malebranche pour qui le sentiment n’est jamais la perception d’une réalité distincte de soi-même.

2/ Ce sentiment nous livre-t-il la connaissance d’une réalité d’un autre ordre ? A-t-on affaire à une « vérité de sentiment », à une vérité découverte par le sentiment ?

On peut étayer cette idée avec les textes suivants :

  • « L’on offense Dieu lorsqu’on borne son amour à des biens particuliers. Cette raison seule suffit, car il est inutile de chercher des preuves abstraites d’une vérité dont on est convaincu par sentiment intérieur, par une lumière qui pénètre les plus aveuglés, et par une punition qui blesse les plus endurcis ».
  • « Ainsi on peut voir l’ordre par idée claire mais on le connaît aussi par sentiment : parce que Dieu aimant l’ordre, et nous imprimant sans cesse un amour, un mouvement pareil au sien, il est nécessaire que nous soyons instruits par la voie courte et sûre du sentiment, quand nous suivons ou abandonnons l’Ordre immuable ». Dans d’autres passages, Malebranche affirme que nous connaissons l’ordre par l’impression que nous recevons de la volonté de Dieu c’est-à-dire par un amour que nous éprouvons envers cet ordre.

 

Ce qu’on peut en retenir dans tous les cas :

  • le sentiment est une persuasion intérieure, qui ne passe pas par un rapport au sensible. Il est caractérisé par une forme d’indépendance par rapport au monde extérieur. Le sentiment de l’ordre est le sentiment d’un objet qui n’existe pas dans le monde sensible. En ce sens il doit être distinct de la sensation.
  • le sentiment nous fait connaître l’ordre « d’une certaine manière ». Il est difficile de dire si le sentiment délivre une véritable connaissance : du moins, Malebranche ouvre cette possibilité.

 

  • Hutcheson et le sens moral.

 

Je n’ai pas le temps de vous exposer la doctrine du sens moral telle qu’elle est développée par Hutcheson dans la Recherche sur l’origine de nos idées de la beauté et de la vertu, de 1725. J’aimerais juste rapporter la distinction qu’il met en place dans sa première philosophie, entre « sensations » et « sentiments ».

Dans l’Essai sur la nature et la conduite des passions et des affections, de 1728, section III, il distingue d’abord entre sensations et affections : Il réserve le mot sensation aux « perceptions immédiates du plaisir et de la douleur, suite à la présence  ou l’opération de quelque objet ou événement, occasionnés par quelque impression sur nos corps », alors que par le mot « affection », il désigne ces plaisirs et douleurs qui ne sont pas excités de la sorte, mais « qui résultent de quelque réflexion sur, ou opinion quant à la possession de quelque avantage, ou de quelque anticipation de sensations plaisantes futures d’un côté, ou d’une même réflexion ou anticipation de mauvaises ou douloureuses sensations de l’autre côté, soit pour nous soit pour les autres».

Sensation : perception immédiate d’un plaisir ou d’une douleur présents.

Affection : perception qui résulte de l’opinion d’un plaisir/douleur, présents ou à venir.

1ère conclusion : Par rapport à la sensation, l’affection (dont va faire partie le sentiment), naît d’une considération intérieure – opinion ou réflexion.

 

Le but de Hutcheson est de démontrer l’existence en l’homme d’une bienveillance naturelle, attestée par notre faculté à ressentir du plaisir ou de la peine face à des actions qui ne sont pour nous d’aucune utilité ou d’aucun avantage. Ce plaisir et cette peine morale vont être perçus par un sens particulier, le sens moral, sens interne à distinguer des cinq sens externes et du sens de la beauté. Celui-ci nous permet d’appréhender la vertu et le vice dont témoignent le comportement ou les affections de certaines personnes. On pourrait croire que les sensations seraient réservées aux sens externes et les sentiments au sens interne. Mais cela semble plus complexe.

En effet, au sein même de ce sens moral que Hutcheson distingue des cinq sens et du sens de la beauté, il semble qu’il faille différencier :

  • Les sensations de plaisirs et de douleur (perceptions immédiates liées à une belle action)
  • Des sentiments : affections d’un type particulier, qui naissent à l’occasion de ces sensations et qui ont autrui pour objet  (la compassion, la pitié, l’amour, la reconnaissance etc.).

 

Les sensations sont ressenties immédiatement, et ne semblent pas encore mettre en rapport l’individu avec l’agent moral qu’il observe. On peut dire qu’elles concentrent d’une certaine manière l’individu sur lui-même. Elles sont purement affectives :

What is it which we feel in our own Hearts, determining as it were our Fate as to Happiness or Misery? What sort of Sensations are the most lively and delightful? In what sort of Possessions does the highest Joy and Self-Satisfaction consist? Who has ever felt the Pleasure of a generous friendly Temper, of mutual Love, of compassionate Relief and Succour to the distressed (…)? Who would not, upon Reflection, prefer that State of Mind, these Sensations of Pleasure, to all the Enjoyments of the external Senses, and of the Imagination without them?

 

Ici, Hutcheson parle des plaisirs propres au sens moral, qu’il désigne par le terme de sensations, et non de sentiments, preuve que les sensations ne sont pas réservées aux sens externes. La notion de « sentiments » apparaît dans le texte anglais quand il s’agit d’exprimer ce que le spectateur ressent à l’égard de l’agent moral :

It may perhaps be convenient to confine Love and Hatred to our Sentiments toward Moral agents; Love denoting “Desire of the Happiness of another, generally attended with some Approbation of him” (as innocent at least, or being of a mixed Character, where Good is generally prevalent” And Hatred “denoting Disapprobation by our Sense, with the Absence of Desire of their happiness).

Il se trouve que dans le texte de Hutcheson, c’est la première fois que “Sentiments” est employé, et c’est pour parler des affections à l’égard d’autrui. Les sentiments seraient le produit de la combinaison des sensations « morales » (plaisir et peine éprouvés par le sens moral) et de l’idée d’un objet doté d’une certaine intention (bienveillante ou malveillante). La notion de sentiments est ici indissociable de celle d’intentionnalité et l’objet visé est un agent moral. Dans le même sens on lit dans la section suivante de l’Essay :

Those who are injured by us fail no to complain; the Spectators, who are disengaged from our partial Attachments, will often take the Freedom to express their Sentiments, and set our Conduct in a full Light (…).

Comme les sentiments sont provoqués par un plaisir ou une douleur naissants dans le spectateur de l’action (plaisirs et douleurs moraux, indépendants de l’intérêt que nous pouvons porter à l’action en cours), ils expriment toujours en même temps une approbation ou une désapprobation c’est à dire un jugement porté sur la personne d’autrui.

Hutcheson contribue ainsi à l’émergence de la théorie des « sentiments moraux », qui sera développée par de nombreux philosophes britanniques (Hume et Smith) et reprise outre Manche par les Lumières françaises (Diderot et Rousseau évidemment).

 

Suite à cette présentation, on retiendra deux tendances du sentiment au XVIIIe :

  • Le sentiment comme persuasion intérieure, délivrant à l’individu une vérité dite de sentiment. Le sentiment met en rapport l’individu avec un objet différent de lui : Dieu, l’Ordre, le Beau.
  • Le sentiment comme affection intérieure provoquée par une réaction aux perceptions de plaisir et de douleur c’est-à-dire aux sensations occasionnés par des situations humaines observées, et prenant ces hommes, comme objets d’affection.

 

Laetitia Simonetta


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.