Sentiment moral et sens moral chez Hume et Reid

Les théories du « sens moral » (Shaftesbury, Hutcheson, Hume, Smith) font du sentiment une source spécifique et autonome de connaissance : c’est par lui et lui seul que nous identifierions les qualités morales (« bon », « mauvais », « vertueux », « vicieux », « louable », « blâmable ») appartenant aux actions et/ou aux caractères des agents. C’est par ce sens et par lui seul que nous percevrions la dimension morale de la réalité.

Toutefois, définir le bien et le mal par leurs effets sensibles sur notre constitution naturelle (contingente) ne conduit-il pas à les relativiser au point de rendre l’idée même de connaissance morale et d’une réalité morale absurdes ? Si, comme l’affirme Hume (1711-1776), « la morale est plus sentie que jugée » (Traité de la nature humaine (1740), 3.1.2, GF, p. 66), y a-t-il encore un sens à parler de la connaissance proprement dite d’une quelconque réalité morale ?

C’est le motif de la critique que Thomas Reid (1710-1796) adresse aux théories du sens moral en général et à sa formulation humienne en particulier. S’il reconnaît l’importance du rôle joué par le sentiment dans la vie morale (sur le plan de la motivation notamment), il le définit comme un ensemble composé d’un jugement et d’une affection causée par ce dernier (Essais sur les pouvoirs actifs de l’homme (1788), 5.7, Vrin, p. 376).

Si Reid a raison de souligner que la définition humienne du sentiment conduit nécessairement à une philosophie morale non-cognitiviste et anti-réaliste, il continue d’identifier l’élément affectif du sentiment à une simple sensation ou impression dépourvue d’objet intentionnel – comme Hume. De telle sorte que chez ces auteurs, le sentiment, par lui-même, ne fait rien connaître (sinon un fait relatif à notre nature) ; et que s’ils recourent tous deux à un « sens moral », c’est, dans un cas pour le réduire à une manière de sentir, et, dans l’autre, pour en faire avant tout une faculté de concevoir et de juger. L’idée d’une connaissance par sentiment semble étrangère à ces auteurs.

 Benoit Gide


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.