Jean-Claude Bologne Histoire de la pudeur

Capture d’écran 2014-02-06 à 11.45.53

Jean-Claude Bologne Histoire de la pudeur
Paris, Hachette 1986

 

L’histoire de la pudeur est en 1986 pour Jean-Claude Bologne l’ouvrage qui lui permet de vivre de sa plume. Le jeune chercheur n’est pas historien de formation mais philologue médiéviste. Il s’agit là de son premier « essai » historique, selon son expression. Son précédent travail était son mémoire de philologie romane Genèse des mètres gallo-romans (IXe-XIe siècles), en 1978 sous la direction de Madeleine Tyssens à l’université de Liège. Après cela il fonde une revue littéraire bimestrielle Ouverture, qui paraît régulièrement de 1979 à 1984. Pendant une douzaine d’années sa principale activité est celle de critique pour le Magazine Littéraire, la Wallonie, la RTBF, le Tageblatt… Pendant un an il est responsable aux éditions de la Nouvelle République de Tours, c’est à ce moment là qu’il écrit son Histoire de la pudeur.

L‘histoire de la pudeur de Jean-Claude Bologne est à la croisée de plusieurs courants historiographiques. L’ouvrage s’inscrit en premier lieu dans l’héritage d’une première histoire des mentalités, Il ne s’agit certes pas pour Jean-Claude Bologne de faire une histoire totale mais en revanche il tient à une étude de son objet sur un temps long de l’histoire. Ce faisant, il semble suivre la voie de l’histoire des sensibilités, ouverte par Lucien Febvre, qui réclamait dans son article « La sensibilité et l’Histoire »1 en 1942, une histoire des usages des sens et la recherche des évolutions dans les systèmes de perceptions et d’émotions, au fil des siècles, dans les systèmes perceptifs et la gamme des émotions. Bien qu’il ne le revendique pas, on peut noter que c’est une part de « l’outillage mental » défini par Lucien Febvre que Jean-Claude Bologne se propose d’étudier. Il s’inscrit également, tacitement, (il n’en fait pas mention ni dans son texte, ni dans sa bibliographie) dans la réflexion sur processus de civilisation défini par Norbert Elias (nous reviendrons sur ce point dans l’analyse critique).

En choisissant la pudeur pour objet d’étude il s’engage dans un sentier que de précédents travaux n’ont débroussaillé que de bais. En effet, si certains ouvrages se sont entièrement consacrés à la question, ils datent pour la plupart du début du siècle, et y portent un regard philosophique ou théologique, ou moral2. Il faut également noter que l’ouvrage s’inscrit dans la veine récente des travaux faits sur l’histoire de la vie quotidienne, dont l’Histoire de la vie privée3 est le symbole. Ce courant historiographique, dans ses objets, a pu aborder, de plus ou moins loin, la pudeur, on peut penser au travail de, Joseph Vaylet, La chemise conjugale4, de Georges Vigarello, Le propre et le sale5mais aussi les travaux de Roger Henri Guerrand, sur l’histoire des commodités6. De plus, il semble les années soixante-dix aient vu de nouveaux travaux sur la sexualité, nu et l’érotisme. Le point de vue adopté est majoritairement le prisme artistique7, mais on ne peut faire l’impasse de l’ouvrage majeur de Michel Foucault, Histoire de la sexualité (1976). Ainsi, l’originalité de Jean-Claude Bologne, réside à la fois dans le regard d’historien qu’il porte sur la question de la pudeur, mais aussi dans le choix de la synthèse. En effet, lui semble que « tous ceux qui se sont risqués [à analyser la pudeur] ont négligé cette dimension historique particulièrement féconde : chaque époque a privilégié tel ou tel aspect de la pudeur, qui apparaît de façon plus évidente dans une perspective diachronique. ». Pour ce faire il choisit d’aborder la question par le biais des rapports de l’homme avec sa nudité dans des domaines variés de la vie quotidienne (le lit, le bain, l’habillement…), et dans une deuxième partie dans les domaines de la vie artistique (langue et littérature, arts plastiques, théâtre et cinéma). Il justifie ce parti pris : « La pudeur est un sentiment complexe, difficile à définir, dont les objets sont innombrables . J’en ai choisi un – le plus riche, le plus courant, celui aussi qui se prête le mieux à l’analyse : la honte de la nudité. »8. Ainsi, l’analyse des conceptions de la pudeur ne prend elle que quelques pages de son introduction, il s’attache ensuite à classer, caractériser, décortiquer les comportements de pudeur.

Corps de l’ouvrage.

L’auteur commence par définir son objet, et définit de catégories qui lui serviront de prisme d’analyse. Il ne sépare pas pudeur extérieure et intérieure, il s’agit de la même attitude, et pudeur des sentiments et pudeur corporelles sont régies par les mêmes logiques : on cache ce qui apparaît comme une faiblesse. Et les faiblesses sont affaires de mode. Ainsi, la honte de la nudité est née à une époque ou se montrer nu était signe de faiblesse (moyen age) ou de ridicule (XIXe). La mode aujourd’hui s’est complétement affranchie de la pudeur corporelle. Elle a donc disparu du domaine artistique tandis que la vie quotidienne en fait plus grand usage. Il s’interroge ensuite sur la sexuation de la pudeur. La distinction lui semble simple au premier abord pudeur corporelle pour les femmes, et pudeur des sentiments pour les hommes. Ils souligne combien les conceptions de la pudeur, si différentes soient elles dans leur horizons, ont souvent lié la pudeur à l’essence de la féminité.

L’auteur fait ensuite une distinction entre la pudeur (individuelle) et la décence (sociale) et souligne que la frontière est parfois subtile entre les deux. Cette tension met en évidence aux yeux de l’auteur le caractère dynamique de la pudeur, qui plus qu’une réaction à la nudité est une prise de conscience, qui devrait être analysée en termes phénoménologiques. Elle se fait combat entre instinct et raison, conscience et inconscience, individu et société. L’auteur formule alors méthodiquement son hypothèse de travail : « définir la pudeur comme sentiment qui retient d’accomplir ou de regarder toute action (pudeur corporelle) ou sa représentation (pudeur artistique) condamnée par un code moral personnel (pudibonderie) ou caractéristique d’un époque et d’un lieu donnés (pudeur) par respect pour soi-même (pudeur) ou pour les autres (décence). »9 Il souligne ensuite qu’il tient à éviter les pièges du vocabulaire, il veut faire l’histoire d’un sentiment et non d’un mot, donc discerner quels termes l’histoire lui a donné.

Enfin il montre que son analyse tend à rechercher les origines de la pudeur, mais cette démarche historique n’est pas sans difficultés. Il considère en effet que faire l’histoire d’un sentiment, c’est faire l’histoire d’attitudes et de comportements. Cependant, il faut percer les motivations et les mentalités qui sous-tendent le geste. A l’origine des comportements pudiques on trouve des réalités sociologiques qui échappent à l’histoire. De plus certaines causes des comportements sont des plus contingentes. Il faut constater l’interaction de l’évolution des mentalités et des causes matérielles. Au delà des faits de société et des causes contingentes chercher les origines profondes du sentiment de la pudeur. C’est en somme ce qu’ont fait les philosophes.

PREMIÈRE PARTIE : LA PUDEUR DANS LA VIE QUOTIDIENNE

La pudeur dans la baignoire

Les bains, nus et mixtes de l’Antiquité, associées au plaisir sont réprimés par le premier christianisme. C’est d’ailleurs, le trouble que pouvait inspirer la nudité des futurs baptisés qui instaure la pratique de la simple aspersion. Cependant le « bain convivial » traverse tout le Moyen Age, tout en ambiguïté : on accepte la nudité mais il ne faut pas qu’elle soit trop évidente. Aux thermes romains on substitue les étuves, mais là encore moult ordonnances tonnent contre les actes déshonnêtes. La baignade nue dans les rivière est une pratique vivace jusqu’au XIX pour les hommes mais on l’interdit aux femmes à partir du XVIIe. Cependant, le bain privé conserve longtemps l’aspect convivial du Moyen Age : « Madame reçoit dans sa baignoire », mais prend soin d’ajouter à l’eau une pinte de lait pour la troubler et dérober sa nudité à la vue de ses visiteurs. Le XIXe reste le siècle des longs costumes de bains et des salles de bain privées, et voit peu à peu disparaître le bain convivial. Au XXe la nudité, particulièrement pour les nouveaux courants nudistes, est peu à peu associée à la liberté. Le paradoxe est que la pudeur en quittant peut à peu la baignade publique, reste vivace dans le bain privé qui n’a pas encore retrouvé l’aisance du bain convivial de jadis

Au fil des différents types de bains (privé, public, en mer, en baignoire ou en étuve…) et des siècles, il apparait à Jean Claude Bologne que la pudeur au bain est tout d’abord liée à un acte : le Moyen Age est obsédé par la débauche que peut entrainer la proximité des corps nus. Un glissement s’opère aux XVI et XVIIe : « la pudeur investit la vue »10. Ainsi la pudeur au bain naît-elle comme la gardienne de la chasteté.

Pudeur et vêtements

L’auteur se doit d’aborder ici la question de l’origine de la pudeur. Les conceptions judéo-chrétiennes et gréco-romaines s’opposent : pour l’une la nudité est primitive, et la pudeur nait de sa conscience, pour l’autre c’est la honte de la nudité qui est primitive, et peut être surpassée.

Moyen Age, les réactions de décence se font moins au nom de la pudeur au sens ou nous l’entendons qu’au nom d’un principe moral de distinction des sexes. Comme aux siècles qui suivent, l’obsession est celle du péché, il n’est pas question d’outrage à la pudeur, mais il est toujours question du sixième commandement. Mais la polémique autour du sein à l’époque classique montre que l’impudeur est désormais dans le regard et non dans la chair. Le bas du corps, objet de désirs est, fermé sous profusion de robes. Le XVIIIe et ses libertins montrent qu’une autre chair est apparue avec la renaissance, liée au plaisir et non plus au péché. Le XIXe, siècle de la « pudibonderie retrouvée »11 met en rapport nudité et folie, et à la fin du siècle, les lois et ligues de vertus plus présentes que jamais, incitent plus à les braver qu’à les respecter. L’entrée dans le XXe est un tournant dans l’histoire de la pudeur, la révolution des jupes au genou de 1925 est la conséquence. Une nouvelle conception de la nudité voit le jour au XXe : « nudité provocation ».12

Les pudeurs médicales

La médecine est un des rares domaines auxquels les législateurs et moralistes ne se sont jamais pris. Jean-Claude Bologne souligne alors que les exemples de son chapitre sont des réactions individuelles. Les anatomies des souverains sont un cas d’école, ce n’est qu’au XVIIe que l’on voit apparaître quelques mouvements de pudeurs et de prudents euphémismes, on parle ainsi de « mal du roi ». e Les maladies sexuelles, d’autre part, son tantôt à la mode, tantôt honteuses, (à l’instar de la syphilis). Au XIXe, elles sont très clairement honteuses. Pour ce qui est de la pratique et de l’écriture médicale le Moyen Age n’a connu aucune retenue, l’art de la renaissance se débarrasse de sa pudeur sur les livres d’anatomie, et le médecin du XIXe habillent d’un discours scientifique les règles de morale. Au fil des récits de réactions de pudeurs, fussent elles différentes dans leur forme, l’auteur montre que l’adage naturae non turpia est un apophtegme de médecin, et non de patient.

La pudeur au lit

Au Moyen Age, chambre et lits communs sont l’usage, et ne sont pas l’apanage des petites gens. Les nobles et riches ont conservé l’usage de la salle commune primitive. Le premier soucis de pudeur au lit que l’auteur note est celui que la promiscuité et les problèmes d’homosexualité imposent aux moines : lits séparés et vêtements de nuit son de rigueur. Les XVIe et XVIIe siècles sont pour Jean-Claude Bologne les siècles de la « chambre ouverte » : partager sa chambre est une institution et la refuser serait une offense grave. Mais dans l’aristocratie et la bourgeoisie le port de la chemise de nuit se généralise. Le grand siècle marque l’empire de la chambre de réception. Ce n’est qu’au XVIIIe que le vêtement de nuit se généralise : la cours, qui a contribué à l’imposer par la promiscuité à laquelle elle condamne les souverains revêt des robes de plus en plus pudiques. Le XIXe confirme cette entrée dans les mœurs, et traque autant que possible la chambre commune.

Les processions nues

« Vu ou regardé, aperçu ou exhibé, le nu change radicalement de valeur. »13 Inconsciente, la nudité retrouve une innocence mythique, imposée, elle devient le pire des outrages. Les pratiques médiévales des processions, flagellations, humiliations nues en sont symptomatique. La nudité imposé est humiliante tenait souvent lieu de châtiment, en particulier de l’adultère, une pratique qui perdure jusqu’au XVIe siècle. Mais l’auteur montre que même dans ce type d’humiliations les préoccupations de la pudeur ne sont pas absentes et se traduisent de diverses façons (exécutions en chemise par exemple). La juste populaire et privée, en revanche, fait de la nudité un instrument privilégié, assortie souvent de vigoureuses fessées. Mais la dénudation-humiliation ne s’applique pas qu’aux criminels : les processions nues religieuses traversent l’époque, et son exaltées par la paranoïa des guerres de religions. Les processions parodiques, telles que celles des Innocents, témoignent de l’ambiguïté de la chair et de la nudité dans la conscience collective.

Conversations de chaises percées

Dans ce chapitre, l’auteur renvoie largement aux travaux de Dominique Laporte14 et de Roger Henri Guerrand15. Cependant, il situe le concept de « grand resserrement » de ce dernier non au XIXe mais dès le XVIe, tout se passe comme si la fonction excrétrice et tout ce qui s’y rapporte aviaent bien été purement et simplement effacé. Certes jusqu’au XIX, on tient chaise ouverte, et on ne compte pas les anecdotes royales liées à cette pratique; mais Jean-Claude Bologne note un effort d’euphémisme croissant, des périphrases aux compliments, on en vient à la suppression d’une mention gênante, qui va de paire avec celle des lieux : au XVIe les latrines disparaissent progressivement des châteaux. Après la vague de pudibonderie du XIXe, l’auteur note une réhabilitation des toilettes au XXe, au point qu’on les décore et les fait visiter parfois.

Le roi nu

La pudeur des rois reste jusqu’en 1789 un vestige insolite et codifié de l’ancienne convivialité médiévale, qui échappe aux prescriptions des moralistes. Le rôle du roi dans la géographie de la pudeur classique répond à une nouvelle conception du pouvoir absolu : le roi appartient à son peuple autant que le roi appartient à son peuple. Les touts premiers actes de la vie d’un roi sont pour l’auteur des actes de pudeur : baptême, calqué sur les bains anciens, levers du roi, examen public de la physiologie des reines, nuit de noce et accouchement et publics… L’époque médiévale oblige également les papes à passer à l’épreuve de la sella stercoraria pour prouver leur appartenance au sexe fort. L’auteur note cependant qu’au XVIIIe, l’étiquette, vidée de son contenu, se fige et devient importune au fur et à mesure que la pudeur individuelle pénétrant dans les hautes sphères détrône la pudeur sociale.

DEUXIÈME PARTIE : LA PUDEUR DANS LA REPRÉSENTATION

Les arts plastiques et la pudeur

Si nous ne sommes plus habitués à associer arts et pudeur, c’est en raison du XIXe siècle romantique qui a imposé le mythe de l’artiste inspiré qui échappe aux lois communes. Et le XXe nous a accoutumé à l’art provocateur. L’art médiéval se laisse peu analyser en terme de pudeur ou d’impudeur : hantise du corps dans une chrétien obsédée par le péché originel de l’œuvre de la chair. Un système théologique structuré définit la représentation ou la suppression du sexe qui s’inscrit dans une indifférence plus à la chair aux muscles. A la renaissance, le nu féminin, conventionnellement asexué, retrouve sa place et inspire les chefs d’œuvre de Rubens, la distance qui s’introduit entre l’œil et la toile tient lieu de pudeur. La feuille de vigne apparaît entre le XVI et le XVIIIe. Depuis le XVIe des ceintures de feuilles de vignes, préparent au XVIIIe siècle fasciné par le déshabillé, essentiellement voyeur et qui répugne à se dévoiler. On voit au XIXe, qu’alors que la décence dans la vie quotidienne est imposée par les autorités, c’est de la base que part la pudeur artistique. Au XXe l’auteur, tout en soulignant son manque de recul considère que le nu a cessé de choquer en art.

Théâtre et cinéma : les batailles du nu

Le moyen Age a pu connaître certains excès dans la mise en scène des nudités, seuls les prédicateurs intransigeants sont condamné ce qui passait pour une chose très plaisante. Mais face à un théâtre religieux de plus en plus libre les autorités civiles sévissent. Au XVIIe quand le théâtre classique se constitue lentement dans les salons parisiens, la farces triomphe toujours dans les rues et les prédicateurs fulminent contre l’indécence des acteurs. Le théâtre classique, lui, habille en nu, mais dans une atmosphère de bigoterie extrême, les théâtres libertins s’ouvrent à Paris, à la veille de la révolution les farces obscènes et la débauche sont passées du peuple à l’aristocratie. Au XIXe, si la nudité, lorsqu’elle est voilée par la vielle convention attire volontiers le bourgeoise, elle est aussi utilisée par l’avant garde, décidée à sortir le théâtre du conformisme. Au début du XXe la nudité sur les planches fait l’objet de débats, féministes en particulier. Mais il faut attendre l’après mai 68 pour qu’elle apparaissent réellement sur scène.

Le cinéma est né en 1896 et la censure du cinéma nait la même année sur le premier baiser. Mais le nu s’impose beaucoup plus vite qu’au théâtre, en raison de la plus grande maitrise technique des images. Il faut, comme pour le nu artistique trouver des prétextes pour se manifester en toute impunité : évocations bibliques, antiques…

Le Dieu nu

La question de la nudité du Christ sur la croix traverse les siècles : au XVIe, elle dérange dogmatiquement, au XVIIe, on ouvre les reliquaires au nom de la raison, au XXe la nature même de la relique scandalise, la pudeur interdit de regarder le sexe du Christ. La matérialisation trop poussée du corps du Christ a choqué les âmes dévotes. La crucifixion historiquement peut avoir été faite nue (selon la tradition romaine) ou vêtue (selon la tradition juive). La nudité du Christ en croix a rarement été représentée, et l’auteur voit dans la façon dont les peintres ont contourné le tabou, leur perplexité. Jean Claude Bologne dans ce chapitre ne constate que contradictions et évolutions lentes, il montre alors que le Christ nu s’intègre dans un système théologique qui se redéfinit au fil du temps.

Quand la pudeur s’affiche

L’auteur s’interroge ici sur les phénomènes récents de l’hypertrophie de la publicité et son recours à l’incitation érotique. C’est en effet par ce biais que la nudité entre dans la publicité. La publicité du XIXe joue sur la suggestion pour ne pas tomber sous le cou de la loi. Le lien métaphorique se crée peu à peu entre la volupté sexuelle et la possession d’un objet d’un tout autre ordre. La grande vogue du nu publicitaire semble cependant dépassé retombée désormais pour l’auteur.

Conclusion : le champ historique de la pudeur.

La conclusion de l’ouvrage, par sa conséquence, constitue un chapitre de synthèse chronologique. L’héritage antique est celui d’une pudeur sacrée que le Moyen Age reprend en partie : aux romains il empreinte la honte morale de la nudité, et la pudeur naturelle, aux juifs la souillure de la chair. Ainsi, religieuse au Moyen Age, la pudeur se fait conventionnelle puis sociale au XVIIe, avant que le mythe du bon sauvage n’apporte avec lui la nostalgie de l’innocence primitive : la pudeur individuelle nait en 1789. Liée à l’intimité et à la vie privée la pudeur prend ses aises dans un cadre de vie conçu pour elle. Le XIX voit l’ascension de magistrats et de médecins qui décrétèrent la tristesse de la chair. Le tournant du siècle a fait croire à une disparition de la pudeur, alors qu’il s’agit, d’une part, d’un glissement de la pudeur à la décence et, d’autre part, d’une référence de la pudeur au respect de l’intimité plutôt qu’à la notion de honte.

L’auteur se propose de redéfinir enfin son objet. La pudeur est naturelle, n’a de sens que dans la vie sociale, est un processus dynamique lié à une prise de conscience, s’impose comme nécessité : toutes les époques et pays ont ressenti le besoin d’un équilibre entre pudeur et apudeur. « Quel mot venait à l’esprit quand on voyait passer un homme ou une femme nus ? Au Moyen Age, on pensait hérésie, au XVIIIe « débauche », au XIX, on pensera folie, et au XXe, « provocation ».

Perspectives critiques.

Ce livre, qui bénéficie d’une large couverture médiatique (passage chez Bernard Pivot à Apostrophes), obtient le prix Thérouanne de l’Académie Française et le prix des Jeunes talents de la Province de Liège.

L’histoire de la pudeur connait dès 1986 un succès non négligeable qui permet à l’auteur de vivre de sa plume, les critiques sont en grande partie positives et soulignent d’une part l’originalité et la pertinence d’un tel objet d’étude, et d’autre part le talent, et le style avec lequel Jean Claude Bologne mène une analyse « aussi touffue, ramassée et complexe qu’un arbre généalogique »16. On ressent en effet, que son expérience de critique littéraire, mais aussi de responsable aux éditions lui a permit de recueillir une documentation des plus riches, et d’horizons des plus divers sur le sujet.

J’aimerai tout d’abord remarquer que le lectorat de 1986 semble en premier lieu avoir été sensible au malin plaisir que prend l’auteur à épingler les censeurs de l’impudeur, les cerbères de la chasteté que l’on retrouve à toute époque. Le ton des critiques, semble confirmer l’idée d’un discrédit social, idéologique peut-être, de la pudeur à la fin du XXe : elle est devenue l’image d’une morale puritaine ou d’une religion méprisant la chair, elle semble au mieux désuète, au pire discriminatoire. L’histoire de la pudeur est lue par une génération qui a connu mai 68, sort des années 70 et oppose volontiers à la pudeur des valeurs telles que la transparence, le naturel, et l’authenticité, et qui est ravie d’en voir étudiées les évolutions historique pour en montrer le relativisme et peut être l’artificialité : « A la lumière de l’histoire, rien ne garantit que les aimables licences d’aujourd’hui seront éternelles. Carpe diem. » conclue un critique du journal Actuel, en novembre 1986.

Pourtant, dans ce contexte de discrédit social de la pudeur auquel s’ajoute un désintérêt des sciences humaines et sociales, Jean-Claude Bologne a, à mon sens, le mérite de redonner un véritable contenu à ce concept de plus en plus fuyant, souvent défini par ses manques et ses excès, et le plus souvent mal distingué de la honte, la coquetterie, l’hypocrisie, le dégoût et la pruderie. Il n’en donne aucune condamnation ni n’en loue les vertus, et refuse de s’inscrire dans une vision progressiste, ou les temps nouveaux nous affranchiraient de la pudeur.

 

La difficulté du travail de l’auteur tient tout d’abord à son objet d’étude. En effet, il semble que L’histoire de la pudeur de Jean Claude Bologne soit moins une lecture d’un sentiment de l’histoire qu’une « histoire du corps et de son contrôle. »17. En effet les critiques ont pu reprocher à l’auteur de manquer son objet, en raison du fait qu’il ne s’agitait pas d’un objet historique : « C’est en fait une histoire des critères de la décence publique que Jean claude Bologne a écrite. La pudeur est essentiellement privée. C’est un sentiment individuel, intime. […] La pudeur n’est ni démodée, ni anachronique, ni de droite, ni de gauche. La pudibonderie c’est tout autre chose. »18, « L’auteur nous livre l’histoire de la peau nue et des excrétions publiques en Occident »19. En fait de pudeur, l’histoire de la pudeur parle beaucoup d’impudeur. En effet, l’historien est souvent face à des réactions à l’impudeur, qu’il analyse ensuite comme pudeur. Les pratiques qui sont pour lui, visibles dans les sources, sont bien souvent ce qui attire l’attention, ce qui choque, c’est à dire, bien souvent, l’impudeur. Mais il s’agit là des problématiques de l’histoire des mentalités et des sensibilités, compte tenu de la volatilité des sources, et bien souvent de leur silence; d’autant que l’historien est tenu, d’identifier le non-dit avec le non-éprouvé, si l’on en croit Lucien Febvre « la tâche est rude, les instruments sont rares et de maniement difficile »20.

Mais il tient également aux problématiques sur lesquelles butte toute entreprise de synthèse, particulièrement dans le domaine de l’histoire des mentalités. Il est en général difficile pour l’historien de d’interroger par le même prisme toutes les périodes, notamment en raison de la diversité des sources d’une époque à une autre, mais aussi du fait que les sources ne sont pas construites, mais sont surtout des sources littéraires . Voyons ce qu’il en est.

L’étude de la pudeur au Moyen Age oblige Jean-Claude Bologne à s’inscrire dans la querelle qui oppose Hans Peter Duerr à Norbert Elias. Nous reviendrons sur ce point, mais on peut dores et déjà noter que cet impératif conduit l’auteur à porter une attention supplémentaire à ses sources et leur interprétation. Il fait ainsi l’effort de croiser autant que possible points de vue et discours. Il s’en remet massivement aux écrits littéraires, récits de vie et romans (Roman de la Violette, Vie de Cathrine de Sienne…), et en tire, comme à son habitude, moult anecdotes. Il utilise judicieusement le discours juridique (bien qu’il ne le fasse que trop peu) et le compare aux discours religieux, théologiques et moraux (Thomas D’Aquin, Dante, Le livre du chevalier de La Tour Landry pour l’enseignement de ses filles. De Geoffroy de La Tour Landry, livres apocryphes de l’évangile…). Il s’agit donc d’une étude de récits, qui pour certains, relèvent bien plus du normatif que du descriptif.

Pour l’époque classique, la multiplication des écrits imprimés est une chance pour l’historien qui trouve désormais à faire une étude des traités de civilité. Mais il a également recours aux témoignages des observateurs du temps souvent célèbres (Madame Palatine, Saint Simon,..). L’encyclopédisme du temps lui offre de nouvelles perspectives d’analyse des glissements sémantiques (il utilise à ce tire le Furetière par exemple).

Les traités de civilité et manuels de savoir vivre prolifèrent au XIXe, et la comparaison que l’auteur en tire avec l’époque classique en est fructueuse : il montre par exemple comment ces traités ont du faire machine arrière au XIXe, dans un soucis hygiéniste premier. L’époque ne manque pas d’écrits sur le sujet. Et Jean-Claude Bologne croise types de trois discours dont les sources sont différentes : le discours juridique, le discours médical et le discours artistique. Il prend moins appui sur la littérature comme il dû le faire dans les chapitres précédents.

Pour ce qui est du Xxe, les sources sont encore plus diverses, puisque de nombreux regards sont croisés (ethnologues psychanalystes, théologiens, philosophes, presse…), mais aussi en raison de l’accélération de l’histoire qui rend difficilement comparable de début du Xxe siècle au premières années du XXIe. Cette peut être trop grande richesse des sources sur cette période conduit l’auteur à un rétrécissement géographique des son objet d’étude qui se centre en fin de période sur la société française.

En somme, au fil des époques les sources se diversifient. Si la littérature a constitué une source importante pour l’Antiquité et le Haut Moyen-Age, elle laisse progressivement place à des sources peut être plus significatives. On peut ainsi comprendre qu’il soit dangereux de tirer des généralisations nettes sur une si longue période, d’autant plus que l’auteur montre lui même souvent combien les comportements observés sont contradictoires. Faisant l’histoire des comportements de pudeur, il s’expose d’avantage à ce risque qu’il ne le fait dans son récent ouvrage Pudeurs Féminines, voilées, révélées, dévoilées21dans lequel il revient sur le sujet en étudiant cette fois les conceptions de la pudeur : en philologue averti, il fait du vocabulaire de la pudeur son prisme d’analyse pour délimiter les évolutions du concept. Par cette démarche, il parvient à maintenir une cohérence certaine au long de son étude. Bien que cette démarche soit moins affirmée dans cette ouvrage, l’auteur en saisit pourtant déjà l’importance, comme le montre sa réflexion purement conceptuelle dans l’appendice I, où il dissèque méthodiquement, dans un tableau, le mécanisme de la pudeur : du point de vue de l’objet, du sujet, de la temporalité et du jugement moral.

 

D’autre part, le succès cet ouvrage semble tenir en grande partie à cette documentation des plus complètes, qui donne lieu à une argumentation fondée sur une narration d’anecdotes souvent coquasses. Cependant, bien qu’il s’agisse manifestement d’un parti pris de l’auteur, cette accumulation d’exemples laisse peu de place à une conceptualisation, et peu de place à une synthèse. Le lecteur doit s’en satisfaire et en tirer les conclusion qu’il peut. L’ouvrage ne perd pas de temps à doctifier, certes, mais le lecteur se trouve parfois un peu perdu entre des exemples souvent contradictoires qui se succèdent dans un même paragraphe. Cependant on peut penser que ce parti pris relève d’une remise en question constante, et d’une écriture « à sauts et gambades » qu’auraient appréciés Montaigne. En effet, la démarche de l’auteur est celle d’une remise en cause constante de la permissivité aussi bien que de l’interdit, qui se proclament naturels l’un et l’autre. Cette difficulté à suivre le fil de l’argumentation, pourrait remettre en question le choix d’une étude thématique. Il amène l’auteur à se répéter parfois, et à rappeler les caractéristiques de chaque période. Cependant pour une étude des comportements il semble s’imposer, car l’auteur montre que les situations (le bain le lit, l’art…) définissent tout autant la pudeur que les siècles. Et il insiste en conclusion sur le fait que la société ne passe pas d’un siècle à l’autre d’une pudeur à une autre et d’un comportement à un autre.

On voit donc que la pudeur est un objet historique fuyant, et l’auteur oscille entre différents prismes d’analyse : conceptuel, linguistique, chronologique, anthropologique… Cette hésitation est probablement ce qui fait la finesse de son analyse. En choisissant une étude thématique qui croise ces différents prismes, l’auteur se positionne de façon originale face à un concept qui dans les années 70 a une place prépondérante dans le processus de civilisation décrit par Norbert Elias.

Ce point mérite d’être éclairci, et à ce titre, la nécessité qu’a l’auteur de revenir, une vingtaine d’année plus tard, sur son Histoire de la pudeur, est signifiant. Il explique en effet dans les Pudeurs féminines, voilées, dévoilée, révélées, qu’il avait en 1986 fait l’impasse sur ce concept de civilisation des mœurs, lequel faisait alors l’objet d’un consensus tacite. Les attaques dont Elias fait l’objet en 1988 de la part de Hans Peter Duerr l’obligent lorsqu’il revient sur le sujet à prendre une position nuancée. Bien qu’il ne puisse en 1986 avoir lu les thèses de Duerr, il semble qu’il dessine déjà dans son Histoire de la pudeur, une tierce voie qui lui permet d’échapper à l’opposition caricaturale entre Duerr et Elias. Si Duerr, a eu le grand mérite de nuancer la thèse d’Elias, mais l’invariant anthropologique qu’il défend, lui semble être ni plus ni moins, un retour à la pudeur naturelle telle que Ciceron a pu la définir. L’intuition de Norbert Elias du processus de civilisation lui semble toujours être la bonne pour Jean-Claude Bologne, « mais elle l’a amené à simplifier pour le période médiévale, l’analyse d’un sentiment qui s’exprimait à travers des mots distincts, pour lesquels notre vocabulaire n’a pas d’équivalent »22. Sur cette période « les anecdotes collectées semblent contradictoires, et ne sont pas généralisables sur un période aussi longue. Leur interprétation est délicate : Peter Duerr a reproché à Norbert Elias d’avoir surestimé, pour l’époque médiévale, des faits isolés, sortis de leur contexte; peut être a-t-il surestimé les témoignages inverses. Plutôt que de rallumer une question stérile, il vaut mieux s’interroger sut les conceptions médiévales de la pudeur qui expliquent la diversité des comportements »23. La tierce voie de Jean-Claude Bologne est donc sont prisme d’analyse : « Le retour aux concepts du temps m’a paru nécessaire pour sortir de l’opposition trop caricaturale entre Duerr et Elias. »24. Tout en considérant que la pudeur est un invariant humain car lié au phénomène de la conscience, il reconnaît que ses manifestations, les comportements sont sujets à des variations culturelles, et  « l’intériorisation des codes (le processus de civilisation de Norbert Elias) donne forme au sentiment de pudeur au point de se confondre avec lui »25.

Il semble donc que la conjonction de différents primes d’analyse, dont les concepts et les variations linguistiques associées, est une véritable force pour cet ouvrage. Cependant, il est vrai que cette multiplicité d’analyses des comportements rend plus complexe la synthèse, mais aussi la lecture. Lorsqu’il se consacre à l’étude des conceptions dans son second ouvrage, la synthèse, chronologique est plus aisée.

Un point reste en suspend cependant : l’ouvrage ne prend pas véritablement en compte la dimension du genre. Il semble évacuer la question en spécifiant que la pudeur était plus généralement associé à la femme. Ce n’est que dans son histoire des pudeurs féminines qu’il prendra mieux en compte cette sexuation de la pudeur. En ne se cotonnant plu à l’histoire des comportements de la pudeur, mais en ouvrant son étude à l’histoire du sentiment de la pudeur il fait place à une histoire féminine, et une histoire de la féminité.

Conclusion

Ouvrage de jeunesse pour Jean-Claude Bologne, L’histoire de la pudeur se fait en 1986 la synthèse historique dont le concept était, jusqu’alors, privé. Jean Claude Bologne ne semble pas partir véritablement d’un point de vue d’historien, il cherche à définir ce qu’est la pudeur, et la perspective historique s’impose à ce titre, en ce qu’elle est des plus fructueuses. Mais sa conclusion montre bien la recherche d’un concept, et donc de ses manifestations diverses au fil du temps. Ce faisant, il agit bien en historiens et par le biais de prismes divers parvient à interroger « l’outillage mental » des différentes périodes en se fondant sur une argumentation riche et des mieux illustrées.

Sans pousser trop loin la formule de Lucien Febvre, il semble bien que l’histoire de la pudeur soit fille de son temps, en ce qu’elle s’inscrit voit le jour à l’aube des années 80, que Jean-Claude Bologne voit, 20 plus tard, comme la véritable période charnière du XXe siècle dans l’histoire de la pudeur. Ainsi ressent il la nécessité en 2010, de se prononcer plus précisément dans un paysage historiographique et socio-culturel bouleversés.

1Lucien Febvre« La sensibilité et l’Histoire », Annales d’Histoire Sociale, 1941

2Bayard Emile, La pudeur dans l’art et dans la vie, Paris, A. Mericant, 1904;

Merejkovsy, C. de, Origine de la pudeur, Paris, Alcan, 1919

Scheler, Max La pudeur (Über Scham und Schamgefülh, 1913)

3Duby Georges (dir), Ariès Philippe (dir), et ali. Histoire de la vie privée, 1987

4Joseph Vaylet, La chemise conjugale, Rodez, Subervie 1976

5Vigarello, Georges, Le propre et le sale, Paris, Seuil 1984

6Guerrand, Roger Henri, Les lieux, histoire des commodités, Paris, La Découverte, 1985

7Lucie-Smith, Edward, L’érotisme dans l’art occidental, Paris Hachette 1972

Lo Ducas et Bessy, l’érotisme au cinéma, Paris Filmédition, 1977

Zimmer, Jacques, Le cinéma érotique (sous la direction de J.Z), Paris Ediling, 1982

Pastori, Jean Pierre, À corps perdu, la danse nue au XIX, Paris, P.M. Favre 1983

8 Jean Claude Bologne, Histoire de la pudeur, Hachette. 1986 p.10

9Jean Claude Bologne, Histoire de la pudeur, Hachette. 1986 p.16

10Jean Claude Bologne, Histoire de la pudeur, Hachette. 1986 p.61

11Ibid. p98

12 Ibid. p.102

13Jean Claude Bologne, Histoire de la pudeur, Hachette. 1986 p.161

14Histoire de la merde (Prologue). Christian Bourgois Editeur, 1978

15Guerrand, Roger Henri, Les lieux, histoire des commodités, Paris, La Découverte, 1985

16. L Karoubi Le matin de Paris, 11 octobre 1986

17Lola Gonzalez-Quijano , « Bologne Jean-Claude, Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, Consulté le 06 novembre 2012. URL : http://gss.revues.org/index1918.html

18 Pierre Enckell, L’Évènement du jeudi, 25 septembre 1986

19Gerard Zwang, L’express, 28 Novembre 1986

20in « La sensibilité et l’Histoire », Annales d’Histoire Sociale, 1941

21Jean Claude Bologne, Pudeurs féminines, voilées, dévoilées, révélées, Point Seuil. 2010

22Jean Claude Bologne, Pudeurs féminines, voilées, dévoilées, révélées, Point Seuil. 2010, p8

23ibid p98

24ibid. 2010, p8

25ibid p 351


Une réflexion sur « Jean-Claude Bologne Histoire de la pudeur »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.